Foire de la production locale des entreprises de Boumerdès.

La CCI Sahel de Boumerdès en collaboration avec la DCW de Boumerdès a organisée du 26 Avril au 03 Mai 2015 au niveau de la maison de l’environnement de Boumerdès, une foire de la production locale des entreprises de Boumerdès sous le thème  « consommons algérien ».

Cette manifestation économique était destinée au large public, aussi ont été exposés, les produits de large consommation destinés aux ménages fabriqués par les entreprises de Boumerdès.

Cet événement qui a été couvert par la presse écrite, radiophonique et télévisuelle a enregistré un large succès par les milliers de citoyens qui l’ont visité et qui ont apprécié la bonne qualité des produits fabriqués et le seuil de développement du secteur économique au niveau de la wilaya de Boumerdès.

Notons que cette foire a accueilli la visite des représentants économiques de l’ambassade d’Autriche et celui de l’ambassade du Soudan qui ont apprécié de leur part la qualité des produits de nos entreprises.

ECHOS DE LA PRESSE

Le Soir du Centre

FOIRE DE LA PRODUCTION LOCALE À BOUMERDÈS Des produits concurrentiels de niveau mondial La Direction du commerce et la Chambre du commerce et de l’industrie du Sahel (région de Boumerdès) organisent du 26 de ce mois au 3 mai à la Maison de l’environnement de Boumerdès la foire de la production locale.

Cette activité entre dans le cadre de l’appel du gouvernement au patriotisme des Algériens pour consommer algérien. 50 exposants ont, en effet, envahi la Maison de l’environnement pour créer un engouement autour de cette foire qui cible, selon les organisateurs, les ménages.

En procédant à l’inauguration, le wali Kamel Abbès ne pouvait être que satisfait. A travers cette foire, on constatera que la wilaya de Boumerdès est en possession d’un tissu industriel fort appréciable, particulièrement dans le secteur de l’agroalimentaire.

Il est vrai que lorsque nous avions visité les stands et vu les produits, ces derniers sont confectionnés aux normes internationales. Puisqu’il est question de patriotisme économique, citons quelques entreprises qui exposent des produits commercialisés habituellement et qui n’ont absolument rien à envier à ceux ramenés des pays européens.

Il y a même des produits qui sont homologués par les instances internationales. C’est le cas du gazon synthétique (tartan 5e génération) produit à Corso par l’IRS et qui est homologué par la FIFA.

«Il n’y a que 26 producteurs au monde dont les produits, le nôtre en fait partie, sont homologués par cette instance internationale», affirme Derriche Hassen, le patron de cette entreprise qui a exporté en France et bientôt au Tchad et au Benin.

Question, puisque le tartan est produit localement en quantité et en qualité requise – il est même exportable – sera-t-il désormais intégré dans la liste des produits soumis à l’obtention de licence d’importation ? La même question est posée pour les faïences (matériaux de construction).

En tout cas, celles exposées par Céramique Boumerdès – reprise d’une unité abandonnée par l’ex-SNMC à Tidjelabine – sont meilleures que celles espagnoles ou italiennes jouissant de meilleure publicité alors qu’en matière de prix, les locales sont moins chères. Il y a également des entreprises, toujours à Boumerdès, qui, en plus de la recherche de la qualité, font des efforts pour renforcer l’intégration.

C’est le cas de la CIPA domiciliée à Khemis El Khechna qui fabrique des profilés utilisés en menuiserie en aluminium mais produit aussi la matière première nécessaire à la production de ces profilés.

De son côté, Glace d’Or domiciliée à Khemis El Khechna met sur le marché national 15 produits hauts de gamme et fabrique, aux normes européennes, des emballages (plastic 3 000) pour les produits agroalimentaires très sensibles.

Madame Samia Ababsa, directrice du commerce par intérim et Rachid Tigherghar président de la Chambre de commerce et de l’industrie du Sahel peuvent d’ores et déjà envisager un bilan positif de cette exposition qu’il est nécessaire de renouveler pour toucher plus de consommateurs et leur faire voir qu’ils peuvent consommer algérien, pour leur bien et celui de leur région et de leur pays.

Abachi L

Le Quotidien d'Oran le 29 - 04 – 2015 

BOUMERDES: Slogan contre slogan

Le fameux slogan des années 70 renaît, le temps d'une campagne. Ainsi une soixantaine d'exposants ont pris d'assaut l'immense hall de la maison de l'Environnement, à l'occasion de la campagne nationale de sensibilisation «Consommons algérien», initiée par le ministère du Commerce pour promouvoir et encourager le produit national et qui s'étalera jusqu'au 3 mai.

Les différents participants, selon la directrice du Commerce de Boumerdès, Mme Abbabsa, exposent des produits agricoles, agroalimentaires, industriels et artisanaux usinés et produits localement.

Et d'ajouter: «ces journées de sensibilisation seront une opportunité pour les opérateurs économiques des deux secteurs pour mettre en avant leurs produits, qui de l'aveu de tous, sont compétitifs et de bonne qualité».

Pour le directeur de la Chambre de Commerce M. Khedraoui, «il faut inciter les ménages à consommer national, par la qualité du produit et sa disponibilité».

A se sujet, Mme Abbabsa dira qu' «en matière d'agroalimentaire, nous avons une multitude de produits, de Dellys à Khemis el Khechna, dont la qualité et la compétitivité sont irréprochables, et peuvent, facilement, répondre à la demande nationale, comme pour des entreprises nationales de produits électroménagers de Si Mustapha ou encore l'entreprise publique Socothyd, n°1 de produits para-pharmaceutiques et d'hygiène corporelle».

Pour certains industriels des secteurs public ou privé, rencontrés sur place, les pouvoirs publics devront appuyer l'initiative contribuant à substituer les importations par des investissements locaux avec la levée de beaucoup de contraintes quant à la concrétisation de projets de fabrication de produits, habituellement importés.

Ces derniers qui se disent prêts à relever ce défi, reconnaissent qu'ils doivent, aussi, redoubler d'effort et d'ingéniosité pour mettre sur le marché un produit compétitif, tant en qualité qu'en prix, pouvant satisfaire les besoins d'un consommateur très exigeant.

Il faut rappeler que nos importations connaissent des augmentations fulgurantes, d'année en année, avec près de 60 milliards de dollars, en 2014, et la campagne «Consommons algérien» vise aussi à rationaliser les importations.

Enfin, on ne peut occulter cette campagne, lancée sur la toile par des internautes intitulée: «Produisons d'abord algérien», qui doit inciter les pouvoirs publics à renforcer et protéger le producteur local comme cela se fait sous d'autres cieux.

Close